Comment changer le monde

41340770_sPour tous ceux qui n’ont pas le temps de suivre U Lab, le séminaire sur le changement initié par le Presencing Institute à Boston (MIT), voici les grandes lignes de la première semaine.
Nous vivons actuellement des fractures sociétales à plusieurs niveaux :
– Écologique avec une déconnexion entre Soi et la nature : destruction de l’environnement, érosion des sols. Actuellement, notre système économique utilise une fois et demi de la capacité régénératrice de la planète Terre ;
– Sociale avec une distanciation entre Soi et les autres : cela renvoie notamment en Europe au problème des émigrés fuyant la guerre et la violence, mais aussi à la pauvreté et aux tensions sociales que nous pouvons constater tous les jours ;
– Spirituelle entre Soi et Soi : cela renvoie à des questions sur ses valeurs et ce pourquoi chacun d’entre nous est sur terre et à la déconnexion entre ce que je suis aujourd’hui et ce que je veux vraiment être. D’où les dépressions mais aussi les suicides. Actuellement le suicide fait davantage de victimes que la guerre ou les catastrophes naturelles avec un suicide toutes les 40 secondes en 2012.
Comment pallier ces fractures ?

Le pouvoir politique mais aussi les Nations unies ont mis en place des ministères, des départements pour répondre à chacun de ces problèmes. Des ONG et des associations ont été créées. Mais cette approche en silo où chacun est spécialisée sur une problématique peut soulager les conséquences des problèmes mais ne peut pas les résoudre compte tenu de leur interdépendance.
Plutôt que soigner aux symptômes, il vaut mieux pour guérir s’attaquer aux causes.
Or, sous l’aspect visible de l’Iceberg que je viens de décrire, ce système sui produit tant de nuisances pour la vie repose des structures sous-jacentes, elles-mêmes s’appuyant sur des paradigmes de pensée. Si nous refusons de les remettre en cause, les problèmes ne seront pas réglés et les vieux schémas se reproduiront encore et encore.
Les structures peuvent être représentées sous forme de bulles : bulle écologique, revenus par personnes, financière ou boursière (déconnectée de la valeur réelle des biens), technologique (par rapport aux besoins réels humains), leadership (et la paralysie collective ou la panne de l’ascenseur social), consommation (versus bien-être), gouvernance (expression des « sans-voix » ou intérêts corporatistes), propriété (ou possession, le mot ownership étant difficile à traduire).
Ces structures reposent elles-mêmes sur des paradigmes de pensées politiques, sociales et économiques, c’est-à-dire:
– Des Etats Nations centrifuges (déconnectés des populations) organisés sur les notions de hiérarchie et de contrôle tout comme les structures supra nationales qu’ils ont créées (exemple : la Commission Européenne) ;
– Le libéralisme économique basé sur la liberté du marché libre et la compétition ;
– Le marché social reposant sur les réseaux et la négociation ;
Alors que le changement ne peut survenir que sur une approche co-créative à la fois plus personnelle et plus globale des problèmes.
Car il n’est pas suffisant d’essayer de résoudre les symptômes ou réformer les structures pour sortir de la situation actuelle. Il faut surtout changer de paradigmes de pensée et pour cela, utiliser commencer à utiliser les technologies sociales pour changer et devenir soi-même entrepreneur du changement.
L’expérience menée par le Presencing Institute à l’échelle mondiale est innovante car elle réussit à mettre en contact des personnes du monde entier voulant réfléchir sur les moyens de changer le fonctionnement actuel du

0 responses on "Comment changer le monde"

Laisser un commentaire

X
%d blogueurs aiment cette page :