Femmes qui courent avec les loups

Note de lecture: Femmes qui courent avec les loups

Clarissa Pinkola Estés

A toutes celles et ceux qui veulent découvrir les spécificités du Féminin (Jung dirait l’Anima)

Clarissa Pinkola Estés est psychologue et ses racines sont multiculturelles : hispano-mexicaine, indienne, américaine élevée par une famille hongroise. Cette diversité se retrouve dans ses sources d’inspiration.

Son livre décrit la spécificité féminine à partir de contes qui se retrouvent avec quelques variantes sous différentes latitudes. Elle nous dresse un portrait de ce qu’elle nomme la Femme Sauvage et son parcours initiatique.

Comme les loups, toute femme possède des sens aiguisés, un esprit ludique et une aptitude extrême au dévouement (ce qui lui joue parfois des tours). Relationnels par nature, tous deux manifestent force, endurance et curiosité. A cela se rajoute une très forte intuition et un courage remarquable.

Or toutes ces qualités ne sont pas toujours exprimées et comme les loups, les femmes ont été accusés de tous les maux. Ils ont été chassés, harcelés, y compris par la psychologie classique. Les histoires, les mythes et les contes choisis par l’auteur nous montrent comment cette violence dont le but est l’extinction de l’instinctuel s’exerce et comment y faire face.

A titre d’exemple, voici les deux premiers contes et les leçons que l’auteur en déduit.

1er conte : Barbe bleue qui traite le thème du chasseur qui habite la psyché de la femme naïve et dont on ne s’échappe qu’en faisant confiance à son intuition. Le prédateur n’est découvert que parce que la Femme furète partout, jusqu’à tomber sur la chambre mortuaire. Elle prend alors conscience de sa naïveté. Le prédateur voyant sa proie échapper déchaine sa violence. Celle-ci doit ruser pour lui échapper ; elle demande de l’aide, celle de ses frères qui représentent ici l’animus de la Femme, sa force intrinsèque d’action.

Mesdames, essayez de vous rappeler si vous avez déjà rencontrer Barbe Bleue. Celui- ci peut apparaitre dans vos rêves sous forme d’un homme en noir. Si c’est le cas, fuyez car cela peut être le signe que vous avez rencontré le prédateur de votre psyché.

2éme conte : Vassilissa ou l’histoire d’une petite fille avec une méchante marâtre. L’auteur décompose les étapes du passage de l’enfant à l’adulte afin d’acquérir son autonomie, arrêter d’être « gentille » pour faire plaisir, reconnaitre sa part d’ombre, bref se connaitre et s’accepter. Lors de ce parcours, elle va rencontrer une sorcière qui lui fera subir des épreuves. Ainsi, elle développera alors intuition, instinct et confiance en elle. Cela lui permettra de servir le non-rationnel (talents artistiques, …). Elle apprendra le discernement, respectera le cycle vie-mort-vie dont elle apprendra la nature.

Quelques citations :

« Il n’y a pas de contexte culturel plus destructeur pour une femme que celui qui met l’accent sur l’obéissance sans interroger les âmes, celui dont tout rituel de pardon dans l’amour est absent, celui qui force la femme à choisir entre l’âme et la société, celui où un système de castes ou des structures économiques ont muré toute compassion à l’égard des autres, où le corps est considéré comme quelque chose qu’il faut purifier, ou comme une châsse, où tout ce qui est nouveau, inhabituel, différent ne suscite pas l’émerveillement, où la curiosité et la créativité sont punies et dénigrées au lieu d’être récompensées, ou alors récompensées si l’on n’est pas une femme, où l’on se livre sur le corps à des actes douloureux, mais pour des motifs dits sacrés, où l’on punit une femme injustement, mais comme le dit Alice Miller, « pour son bien », où l’on ne reconnait pas à l’âme le droit d’exister pour elle m-même.

L’auteur, au travers l’analyse des mythes et des contes, aborde toutes les étapes pour que chacune retrouve et assume sa vraie nature, sa nature sauvage. Tous les aspects de la vie sont abordés : le conjoint, l’identification des pièges de l’environnement (surtout quand ils sont intériorisés), le retour à soi-même, le pardon, la découverte de son « clan » (des gens qui vous ressemblent, parfois sans rapport avec la famille),….

J’ai aimé ce livre qui pousse à prendre conscience de nos croyances « imposées », à mieux se connaitre et à devenir l’artiste de sa propre vie.

 

Elisabeth Carrio

Aout 2018

19 septembre 2018

0 responses on "Femmes qui courent avec les loups"

Laisser un commentaire

X
%d blogueurs aiment cette page :