More information: info@elisabeth-carrio.com

Login

Intelligence spirituelle et philosophie chinoise

 

Lors de mes articles précédents, j’ai exposé l’état de la recherche en psychologie sur l’intelligence spirituelle. Bien qu’il y ait encore des difficultés au niveau de la définition de ce concept, les théoriciens sont d’accord sur certaines de ses caractéristiques :

D’abord développer sa conscience spirituelle signifie élargir sa conscience d’être interconnecté. La physique quantique a d’ailleurs permis de souligner la vérité que des philosophes avaient énoncées il y a plusieurs millénaires, L’infiniment petit peut avoir des répercussions à plus grande échelle. Conclusions sur le plan philosophique (Bellut H. l’éveil des consciences, transition vers une nouvelle ère, éditions Dangles) :

  • La vision que nous avons de ce monde est une illusion,
  • Nous sommes tous reliés,
  • Nous créons notre réalité.

La physique quantique par sa difficulté à expliquer les phénomènes physiques nous rappellent déjà l’importance d’adopter une posture d’humilité et de rappeler aux « scientifiques » que tout ne s’explique pas par la déduction et le visible. Mais la physique quantique a surtout permis de souligner la vérité que des philosophes avaient énoncées il y a plusieurs millénaires. Qui ne se souvient du mythe de la caverne de Platon, caverne où les hommes prenaient leurs ombres pour la réalité ce qui leur donnaient une fausse impression de liberté.

L’interconnexion, une autre vérité ésotérique découverte intuitivement par de grands initiés ; chacun de nous est l’infiniment petit qui participe à un tout dont l’ampleur le dépasse. L’intelligence spirituelle nous parlera de la façon pour chacun de trouver sa place dans ce macrocosme.

Enfin, le fait de créer sa réalité renvoie aux théories des phénomélogistes pour lesquels chacun de nous a une représentation du monde qui lui appartient et qui ne peut être jugée sauf si cette représentation est nuisible, que ce soit pour la personne ou son entourage.

Les implications de ces trois idées sont très larges : elles questionnent les notions de liberté et de conscience, de responsabilité et de place à trouver et enfin de justice par la définition du « nuisible ». Mais elles se retrouvent dans la philosophie chinoise et les principes de Lao Tseu.

Je ne rentrerai pas ici dans le détail de son enseignement dont nous ne finissons pas de découvrir la finesse. Citons seulement quelques principes :

  • La nécessité de la cassure du cloisonnement intérieur et d’adopter une approche holistique ; en d’autres termes, il s’agit d’identifier, ce qui représente déjà un énorme travail, et remettre en cause nos schémas culturels et certitudes réductrices.
  • L’intégration du principe du Tao, c’est-à-dire l’importance du chemin personnel en conformité avec son propre destin et les lois évolutives, régissant la vie universelle.
  • La conciliation entre une personnalité de fonction, qui agir dans le monde manifesté et une impersonnalité de fond, réceptrice des énergies subtiles, ce que le psychologues (et les philosophes grecs avant eux) appellent Epochè.

Qu’il soit psychologique ou philosophique, l’objectif est le même : permettre aux individus que nous sommes d’atteindre plus d’équilibre et moins de souffrances.

0 responses on "Intelligence spirituelle et philosophie chinoise"

Leave a Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X