Management collaboratif et personnalités

27939370_sTout le monde peut-il être un leader inspiré? Les techniques de management collaboratif sont-elles toujours adaptées aux situations et aux drapeau GBpersonnes ?

Penser ainsi serait ignorer les théories des personnalités et leurs apports. Que nous disent ces théories développées par des chercheurs tels qu’Eysenck, Wundt…. ?

Tout d’abord que la personnalité est composée d’un certain nombre de traits qui ont des caractéristiques invariables et identifiables. Leurs nombre varient selon les théories. M’appuyant sur les textes anciens, j’en ai identifié une dizaine dont l’agencement définisse une individualité. Celle-ci se définit comme une manière globale d’être dans le monde, de se percevoir et de percevoir les autres. Elle inclut la manière de se comporter, de penser et de réagir dans un contexte d’adaptation aux demandes de l’environnement social. La personnalité est porteuse de valeurs, c’est-à-dire de croyances qui accordent une importance particulière à un comportement particulier et qui motivent l’action et l’actualisation de soi.

Or nous disent les chercheurs, les valeurs et a fortiori les personnalités s’opposent deux à deux. Donc tout le monde ne fonctionne pas de la même façon. Cela peut sembler enfoncer des portes ouvertes mais lorsqu’il s’agit de management ou de leadership, nous pouvons  observer des phénomènes de mode en termes de management  qu’il est important de décoder si l’on veut comprendre l’origine de crise ou de mal être ou tout simplement éviter de tomber dans la formule magique. Le management collaboratif n’y échappe pas et actuellement les exercices sur le développement de l’intuition, qui ressemblent plus à de la divination magique qu’à de réelles approches de management collaboratif et intuitif se développent.

Que se passe-t-il au niveau de l’individu leader ou du manager. Celui-ci passe la plus grande partie de son temps dans une entreprise, une organisation qui n’évolue que grâce à plus de flexibilité et d’adaptation au changement. Ainsi, après l’organisation scientifique du travail, caractérisé par  un management centralisé ou en silo,  les entreprises se sont orientées vers l’organisation en projets puis en réseaux donnant naissance au management participatif et maintenant collaboratif. Ce qui naturellement n’est pas toujours facile à vivre pour les individus  dont les personnalités sont marquées par les valeurs de sécurité et de tradition.

Alors quelle serait la personnalité idéale du leader collaboratif ? Quel serait ses traits de personnalités dominants ?

D’abord le management collaboratif n’est pas toujours simple à utiliser. Tout peut arriver à tout instant et surtout l’implosion du groupe. C’est ce que j’ai pu constater au cours d’un séminaire de deux jours dont l’objet était la création d’une société autour d’une idée émise par  l’un des quatre futurs associés. L’animateur, partisan de l’intelligence collective, voulait que chacun exprime sa créativité personnelle. Ce fut tellement  le cas qu’aux termes des deux jours plus aucun des futurs associés et amis ne s’adressaient plus la parole. Manque de temps de la part de l’animateur , peut-être, manque de psychologie surement ou d’observation sur ce qui pouvait lier ces personnes autour d’un projet et non les séparer sur le plan individuel. Dans ce cas, le moyen (usage des techniques collaboratives) était devenu la fin (prouver le bien-fondé de cette approche). Mais l’approche ne suffit pas en elle-même.

Notre leader collaboratif doit donc non seulement laisser chacun s’exprimer et écouter mais aussi ne pas perdre de vue l’objectif et recadrer en permanence, bref être autoritaire s’il le faut, ce que les théories sur le management collaboratif ont du mal à intégrer. Une confusion est souvent faite entre approche collaborative et humaniste  et rejet du pouvoir et d’autorité, c’est-à-dire entre contenant (représenté par le pouvoir, la structure en fonction d’un objectif) et le contenu (la façon d’y arriver, ici les approches collaboratives). Approche collaborative ne signifie pas anarchie mais demande des qualités particulières d’écoute, d’intuition, d’humilité et d’autorité.

C’est surtout sur l’humilité et sur l’intuition que je souhaiterais revenir. L’humilité est la capacité à  se mettre au service de… d’une entreprise, de ses équipes, de l’environnement en général.  Là est une grande partie du savoir-faire des vrais leaders collaboratifs : cultiver cette humilité, et croire en son intuition, tout en restant ferme et rigoureux. Ce n’est pas le pouvoir, qui en lui-même n’a pas de connotation morale de bien ou de mal, qu’il faut remettre en cause mais son détournement pour des intérêts limités et individuels parfois inconsciemment.

L’intuition est une qualité d’écoute intérieure, reposant sur l’ouverture : toutes sortes d’informations sont reçues, consciemment ou non, et donnent naissance à une intuition que le leader  cristallisera autour d’un projet. L’intuition n’est pas un jeu de devinettes ; elle est toujours liée à la réalité de la personne et vouloir développer l’intuition de managers à partir de réponses à des devinettes sans lien avec le quotidien de la personne relève de la divination et non de l’intuition. Car celle-ci se nourrit des capacités cognitives et émotionnelles de l’individu.

En bref, les mots clés qui caractérisent le leader  collaboratif sont : humilité, écoute, discernement, connaissance de soi, intuition de l’autre et des situations. Et comme dans le monde de l’art, il y a quelques êtres talentueux mais tout talent demande  surtout du travail, ici de connaissance de soi et de conscience.

0 responses on "Management collaboratif et personnalités"

Laisser un commentaire

X
%d blogueurs aiment cette page :